top of page

Trace de la VOLVAINE

Dimanche 18 février 2024


C’est Alexis, notre ancien Président, qui a rassemblé le groupe des 25 randonneurs de ce dimanche, rôle qu’il a tenu pendant plus d’une dizaine d’années au sein de GWAD’ANBA BWA.  Le parking de la plage de la Chapelle, d’où partira la marche, a accueilli nos véhicules et assisté aux échanges joyeux et cordiaux de retrouvailles, comme Bernard et son épouse, anciens membres de notre association, qui avaient passé une dizaine d’années en Guadeloupe, étaient partis sous d’autres cieux et étaient maintenant revenus pour des vacances sur cette île inoubliable !

 

L’organisation du co-voiturage ayant permis d’aller déposer quelques véhicules, à la plage de Port-Louis,  but de la randonnée, Patrice, notre guide, apporte la précision de la tenue de l’épopée DELGRES pour le 12 MAI, délivre la blague du jour, attire notre attention sur la présence  d’un « coucou manioc » et nous fait remarquer un arbre magnifique : le Gaïac, une espèce protégée qui tend à disparaître, présente aussi à la Désirade et sur Petite-Terre.

 

Le Gaïac est aujourd'hui un arbre emblématique de notre archipel. Il produit un bois très dur et dense, ce qui l'a amené à être surexploité par la population. Bois utilisé dans la construction, pour les poulies de bateau et dans les usines. Bois très dense et imputrescible, apprécié des sculpteurs.

 

C’est donc tout naturellement que la photo de départ de la randonnée sera prise devant cet arbre remarquable. Il ne restait plus qu’à démarrer sur le coup de 8H22. Beau ciel, belle mer, temps magnifique ! Un paysage à couper le souffle !

 




 Patrice nous présente toute une série d’espèces de la flore environnante : le catalpa, le palétuvier noir et le palétuvier rouge avec des racines échasses « respiratoires ». Le palétuvier rouge est un halophyte. Cela veut dire qu’il tolère le sel et un milieu saumâtre. 

Le buisson lianescent de la canique est aussi présent sur notre chemin.

La graine de Canique est une belle perle végétale gris brillant recherchée pour la confection de bijoux et les grainiers.

Nous arrivons à Anse Colas, particulièrement jolie et visiblement accueillante pour les familles avec des enfants petits car la plage est peu profonde.

 

Nous passons à côté d’un buisson d’herbes « mal tête »



Assez commune aux Antilles françaises où elle a été introduite, et en Guadeloupe, en particulier, elle y est connue en créole sous le nom de Zèb maltèt (herbe mal tête) ou chans (chance).

Le Docteur Henri JOSEPH, notre illustre pharmacien-chercheur local, a démontré que ces feuilles contenaient des substances antalgiques incontestées.

Patrice nous fait la démonstration d’en mettre quelques feuilles dans son foulard de tête en assurant que celles-ci maintiennent une certaine fraîcheur à la tête et soulagent même des migraines lorsqu’elles sont chauffées puis appliquées sur la partie douloureuse.

Nous avons longé le littoral sur 8 km, promenade très agréable et appréciée par tous,  avec un arrêt marqué au niveau des bouches marines soufflant la mer …


Arrivée à la célèbre plage du Souffleur avec son sable fin et ses eaux turquoise.



  … avant de déboucher sur l’arrière du cimetière de Port-Louis, très typique pour ses tombes de sable et de conques de lambis.

Ebahis, nous constations que l’endroit était envahi par un nombre impressionnant de véhicules et que la plage elle-même était noire de monde !

 

Nous nous sommes tous retrouvés autour de la glacière apportée par Alex et Maguy, gonflée des bouteilles de boissons réfrigérées et rafraichissantes pour le pot de l’amitié que nul timing de carnaval ne pouvait contrarier. Le temps exquis invitait à la baignade et certains s’y sont laissé tenter. Les « au revoir » se faisaient joyeux et les  « à bientôt ! » aussi.

 

La prochaine randonnée : 03 MARS – Cascade de Beaugendre à Vieux-Habitants.

 

 

Fait le 20 février 2024          TEXTE : ACA

 

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page